But; Ramener le meilleur de l’inconscience en conscience.

Je vais regrouper tout ce qui me semble pouvoir être applicable à tout déprimé. Car, il serait bien venu d’avoir des règles salvatrices générales.Je veux rationnaliser la psychologie. Trop facile de dire qu’elle est seulement individuelle,ainsi tout et n’importe quoi peut se faire,et rien n’avance à grand pas. Il faut donner des indications précises, et utilisables par tous,car le conseiller est souvent profane,c’est celui qui veut écouter et qui est là, le professionnel psychologique doit déléguer son rôle, superviser,c’est l’avenir,la venue de profession de santé supérieure.

Je viens de parler  avec une” grande” dépressive,Madame D,C de mon ancien village.Et, j’ai observé son mode de pensée,elle oscille sans arrêt entre excuses et colères pour le monde extérieur,notamment pour ses enfants.Elle cherche une attitude idéale.Elle est lucide, a conscience des capacités de l’être entier,CAD,a mis en conscience sa défense (méchanceté) qui reste en général dans l’inconscient, pour les primitifs ou gens sains , (si vous voulez,2 façon de voir le psychisme), afin de préserver leur bien-être.Je la trouve bien avancée dans son parcours de recherche d’équilibre mental.Mais va t-elle rester coincée longtemps à ce stade ? Qui va l’aider vraiment ?Il lui faut choisir une attitude plus ferme ,plus juste, sans culpabilité, qui ne lui donnera aucun remord,par exemple vis à vis de ses enfants, et la tenir comme comportement ;ne pas trop donner, donner assez,l’amour est un calcul quand l’inconscient est visible, car, il a des répercutions s’il est mal géré que le dépressif voit avant les autres.

Oui, j’ai le sentiment que le dépressif souffre, car, il doit gérer plus de données que le sain (celui qui nie son inconscient poubelle), il voit l’inconscient des autres,  et pire le sien.C’est un transperceur d’ame.L’horreur et la magnifiscence de l’esprit lui sont apportés en même temps.Ils sont finalement indissociables de la logique spirituelle.Je pense qu’il se sauvera en rétablissant un inconscient artificiel, voulu.Sinon, le bonheur en fond de tableau est impossible,il oscillera toujours entre grande joie et grande tristesse pour la précision d’un intonation équivoque.D’emblée, moi-même, je me méfie des mots, (je suis trop sensible, donc je me protége),ils sont volatiles , testeurs,mensongés;ils sont faits pour être dépassés, il faut voir ce que le parleur veut en obtenir, et juger de ce que nous voulons en faire.J’ai davantage confiance en l’acte,par exemple je dirais tant que les mariés ne sont pas divorcés, il y a espoir pour eux.

Ce n’est pas facile, mais le dépressif doit se construire lui-même,son psychisme,alors que la personne saine,ne fait qu’utiliser celui qu’il lui a été donné à la naissance, CAD, avec une barrière entre le conscient et l’inconscient solide.Le dépressif mélange la poubelle psychique (une part de l’inconscient) dans son assiette (conscient), comment voulez vous  qu’il soit content de manger le monde ? Lorsqu’il a compris,ce principe,il devient fort, confiant en lui, et peut refaire un tri différent. Un tri qui lui convient,afin de recomprendre le monde (subjectif) pour de nouveau y être heureux.Personnellement, j’ai écrit mon subjectif, il est en partie dans ce blog,il m’aide à vivre heureuse , à accepter les attitudes de mes congénères.Mais, il est primordial de savoir faire la différence entre subjectif et objectif, sinon,on devient dépressif délirant.Pour vivre heureux, il faut aimer ce monde,à chacun de trouver ses moyens.Ils sont parfois longs et douloureux, ce qui compte, c’est la finalité, et je suis sure que les dépressifs cherchent un stade supérieur de connaissance du monde. Seulement personne ne le sait, ne le dit, et ne les aide suffissamment.



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 807 articles | blog Gratuit | Abus?