Le sens de ma profession de vie.

10 03 2012

Objectif ; Aider à retrouver un équilibre sanitaire satisfaisant ou sinon permettre une fin de vie paisible.

Méthode;Réconcilier le désir de l’inconscient (collectif ?) de chacun qui cherche l’équité humaine avec la conscience acquise du malade afin d’apaiser sa culpabilité intérieure plus ou moins admise.

Moyens Apprendre à se connaitre pour aller vers ce qui nous manque.(épanouissement)
Apprendre à vivre respectueux des autres et de soi-même.
Apprendre à sauvegarder sa liberté et celle des autres.
Tendre le sujet vers la pondération plutôt que vers l’excès.(notamment dans l’alimentaire.)
Donner des conseils de paix en faisant comprendre la cause de “l’ennemi”.
Aider à comprendre les autres.
Aider à réfléchir pour trouver des solutions aux problèmes s’il y en a, sinon,aider à accepter le destin en s’adaptant.
Aider à harmoniser la pensée et l’action pour satisfaire autant le corps que l’esprit.

Aider à déculpabiliser en faisant prendre conscience que l’on agit en fonction des éléments de raisonnement du moment, et de ses propres limites.
Aider au tri de l’essentiel en tenant compte de l’éthique de chacun.
Responsabiliser, aider à l’autonomie.
Apprendre à positiver, à voir les bons côtés,plutôt que les mauvais,lorsque toutes les solutions sont épuisées .
Aider à prendre conscience de ses choix et à les assumer.

Cette liste n’est pas exhaustive,je me réserve le droit de l’agrandir,je suis sure que ces directions sont celles de la paix de l’esprit total, conscient et inconscient,et convaincue que c’est la seule voie possible de la santé globale, spirituelle et corporelle, puisque les 2 sont indissociables.Nous sommes baignés dans un inconscient collectif qui est la somme des acquis de l’humanité,le résultat de son intelligence, il nous imprègne et cherche à améliorer notre conscient qui souvent trop petit, résiste,lutte et provoque des équilibres sanitaires plus ou moins graves; les maladies.Ce que je tente de faire,n’est pas dangereux, c’est seulement de donner des réponses claires aux questions existentielles, récurrentes de mes malades.Que cherchent ils à travers nous ? Si ce n’est trouver un virage de vie capable de les sortir de leur mal de vivre qu’est la maladie.La santé passe sans doute par une attitude de vie qui serait écoutée et entendue SI,il s’avérait quelle soit exacte et salvatrice.Je ne suis pas spécialement croyante et pourtant je comprends pourquoi les infirmières avant étaient religieuses , cela correspond pour une part,aux exigences du métier.

NOUS SAVONS TOUS, INCONSCIEMMENT, CE QUE NOUS DEVONS FAIRE,CE QU’IL SERAIT BIEN DE FAIRE,ET NOTRE INCONSCIENT SOUFFRE DE NE PAS ÊTRE ÉCOUTÉ PAR NOTRE CONSCIENCE; ALORS,IL N’EST PLUS OPÉRATIONNEL POUR MAINTENIR NOTRE CORPS EN BONNE SANTE.VOILA LA GRANDE IDÉE DE MA VIE .



Je ne suis pas d’accord.

7 03 2012

D’accord,j’ai pété plus d’un câble,et j’étais bien fêlée.Il m’a fallu 6 à 8 ans, pour l’accepter ; mais aujourd’hui, c’est fait, je le reconnais, toujours pas de gaité de cœur, mais c’est un fait avéré par tous et  par moi-même ;je fus folle.Le suis je encore ? Je prends  5 mg d’abilify par jour,est ce suffisant ? Pour me considérer comme soignée,je ne dis pas guérie.

En tout cas,je n’ai plus de délires, mais je reste moi-même,c’était mon souhait, voilà pourquoi j’accepte mon traitement, je le prends, chaque jour avec conviction ; ce traitement est juste suffisant, parfaitement dosé pour me permettre de revivre, pas survivre.IL NE “TUE” PAS MON INCONSCIENT.Il ne l’isole pas complètement de mon conscient.

Je sais  que  ma  folie apparente au conscient des autres n'était que le langage de mon propre inconscient. J'ai " permis "  à mon inconscient d'apparaitre dans mon conscient,et il a tout submergé,il a contré ma volonté consciente.Je me souviens , grâce à une colère phénoménale, un soulèvement , une révolution cérébrale ,une insurrection douloureuse, la volonté de changer complètement.D'ailleurs, j'ai conservé des écrits de ces moments là, complètement incohérents,les prémices  d'un cerveau qui commence à utiliser un langage inconnu comme on commence un puzzle, les premiers pas d'un bébé.

Je ne suis pas d’accord avec les psychiatres parce que je vis les choses de l’intérieur , je dis que la folie consciente est obligatoire lorsque l’inconscient sort à l’extérieur.Le monde de notre inconscient n’est pas fait pour s’extérioriser mais lorsqu’il le fait, il est fascinant pour nous même ,tellement troublant qu’il nous affole . Il est possible d’y découvrir des secrets cachés de notre conscient,seulement la vague de folie qui se déverse en même temps qu’eux , les masque aux yeux de tous.Je suis heureuse d’être soignée sans être muselée, en pouvant raconter mon vécu, et ramener les meilleurs idées de mon inconscient.

La meilleure de toute, il me semble, est que nous sommes des êtres de chairs sensibles et intelligentes et que notre inconscient parle à travers notre corps et s'exprime dans nos maux.Ensuite, c'est trop complexe pour moi, chaque être à son langage,et par les conséquences des maladies qu'il déploie active des raisonnements différents et salvateurs pour l'âme.Tout se passerait comme si notre conscience nous travaillait constamment à notre insu ; nous savons ce que nous devons faire inconsciemment mais nous n’arrivons pas à le faire, à cause de facteurs affligeants ; trop ou pas assez d'éducation,trop ou pas assez de pulsions, un mauvais équilibre de bien être.L’inconscient serait perturbé, donc non opérationnel pour maintenir le corps en bonne santé, si le couple (inconscient, conscient) souffre trop.

Je ne suis pas d’accord avec les psychiatres car ils pensent que les manies ne servent à rien,alors que je suis sure que l’inconscient qui surgit cherche à changer le conscient,de manière radicale, trop ,donc peu aidé et compris,il n’y arrive pas.Si je suis devenue bipolaire à 40 ans,c’est parce que je n’avais jamais réussi à faire ce que je voulais de ma vie,et c’est en désespoir de cause que j’ai banni ma conscience, qui ne me permettait pas le bonheur.Pourquoi, ne suis je pas écoutée ?   Parce que j’ai été malade,et que tout ce que je peux dire ne vaut rien ? Je voudrais de vrais débats dans ce blog,avec des spécialistes et personne ne vient…..Et si c’était une piste sérieuse pour aider les malades ? Pourquoi n’existe t-il pas d’avant postes de chercheurs pour détecter des idées intéressantes, voir utiles au monde ?



ET SI,et si,et si………

2 03 2012

Aujourd'hui,je réfléchis comme tout le monde; je ne suis plus folle. Mon traitement est faible mais suffisant pour me prémunir contre les délires,c'était ce que je désirais,un minimum vital,pour pouvoir vivre normalement, sans faire peur,tout en restant moi-même,sans être un être sans vie, pour être encore un peu passionnée, capable d'émotion,de spontanéité.

Mais, je me souviens de tout.Cette toute puissance que je sentais ,était ,bien sur,relative,mais elle décuplait mes capacités imaginaires,c’est certain,par la conviction que j’avais ,comme si la confiance pouvait porter plus loin qu’on ne pense,aux limites de nos possibilités.

Mon souhait premier était de découvrir le secret des maladies, mon imagination était amplifiée,et Si, et si…..et si.j’étais tombée , par miracle sur une vérité.L’ESPRIT ÉTROITEMENT LIE AU CORPS.Mais individuellement,donc avec une grande difficulté pour établir des lois communes.Le tout, géré par l’inconscient de chacun,qui saurait davantage grâce à une intelligence supérieure à celle de la conscience. Si un écrivain, s’intéresse à mon histoire, je suis preneuse,car, je tente de l’écrire moi-même, mais c’est difficile avec mon travail d’infirmière.

Et si…….je n’étais pas loin d’une explication de la maladie ;un désaccord entre inconscient et conscient individuel. Un reflet plus ou moins physique, selon le type de maladie d’un défaut de concordance individuelle avec les possibilités de la réalité actuelle.C’est complexe,je le concède, je peux donner des cas concrets,comme celui qui serait freiner dans sa marche vers les autres ,momentanément pour le faire réfléchir et prendre une autre direction,ou définitivement si toutes les tentatives de réajustement ont échoué.Le tout dirigé par des conflits intérieurs de conscience ,inconscience.

Je reconnais que c'est encore flou,mais ce doit être si complexe,que mon niveau d'étude ne suffit pas.Il me semble que ce peut être une piste vers la guérison.Et si nous étions dirigé inconsciemment par notre esprit qui tenterait d'indiquer à notre conscience une voie de bien être , en relation avec les possibilités extérieures.Et si notre bonne santé dépendait de l'espoir de notre inconscient de mener notre conscient jusqu'à notre destin maximum ?.

Nous savons ce que nous devons faire, sans le savoir, (inconscient), et tant que nous ne le ferons pas, nous tomberons malades, plus ou moins gravement.Tout cela, de manière individuelle,donc,au grand choix de l’inconscient,et de son “désir” de faiblesse corporelle,immunitaire,musculaire……..







Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 817 articles | blog Gratuit | Abus?