Les soins de support.

31 01 2010
Un point me tracasse ; j'ai assisté à une réunion sur ces soins,qui a bassiné les recommandations de bonnes vies, CAD les acquis  préservant ,selon les études,de la maladie.

Je me souviens m'être contenue au maximum, car ,bien sur des médecins dont je dépends et des collègues qui me jugent ,étaient présents.Jusqu'au moment ou mon inconscient a explosé ;AU GRAND MALHEUR DE MA CONSCIENCE,pour dire que les selles de l'homme étaient comme le temps,qu'il fallait les prendre telles que.

E t cette idée me contrarie,car elle vient d'un lointain inconscient,(un inconscient énervé par des aberrances répétés en pleine formation) que je n'arrive pas à réellement décrypter.

Finalement, cela reste dans la lignée de ma philosophie qui dit que le corps et son système digestif est un filtre du moment présent,plus ou moins, avec ses implications psychiques,comme pourrait l'être le temps à plus grande échelle,mélange d'une ambiance générale dégagée et concentrée suivant une science encore hors de portée.

Mais,je reste encore perplexe,de la violence de ma parole qui semblait si évidente alors à mon inconscience libérée et qui l'est beaucoup moins maintenant,que je maitrise de plus en plus ses soubresauts.

Pourquoi cette comparaison entre le temps et la production fécale humaine ?

Qui a t-il de si important ? Notre corps est -il un filtre du temps et duquel ?



On ne peut prétendre être une experte en inconscience,si on ne peut satisfaire aisément la conscience.

31 01 2010

Voilà ce que m'apprend mon travail d'infirmière.

Je suis fière d’être infirmière,et fière de toutes les infirmières,en même temps,car leur proximité du malade ne leur laisse aucun répit,quand elle sont mauvaises ,elles le sentent,d’une manière ou d’une autre,soit le malade leur dit et il sait être très exigent,soit leur conscience s’en charge, un jour ou l’autre.C’est un travail incessant sur les autres et sur soi,qui vise la perfection au fils des temps de l’intelligence croissante.

Ma difficulté personnelle est de toujours aller, au rythme du patient, donc , selon son choix,ses possibilités d’absorption de “douleur” au sens changement de conscience, vers une amélioration de la santé globale; psychique et physique.

Si, je ne me trompe pas de sens,il le sentira,et il acceptera de me suivre à sa vitesse possible vers la route que je tracerai pour lui de meilleur être et que nous ferons ensemble.



Le sain Croc.

29 01 2010

Il s’accroche de l’un à l’autre,c’est la chaine réelle de vie.La synchronicité,synchronisation des choses et des êtres.Une conjoncture des éléments et du temps,le créneau de l’espace temps inconscience.Une organisation de la science du sort; le hasard.

Veilleur de nos temps.



Les exigences du concrêt.

29 01 2010

Me barbent.

C’est un fait,mais je ne dois pas les déconsidérer,car les humains qui gardent leurs valeurs ,sont d’autant méritoires que celles-ci sont moindres à mon idée ,(d’après mon subjectif). Puisque tout est nécessaire à ce monde,pour sa richesse et sa diversité.

Certains malheurs viennent surement de cette incapacité à faire admettre l’intérêt de cette garde par le plus grand nombre “intelligent”.Le décalage demandé entre l’inconscient vif et intelligent de l’individu est tellement important,que l’intuition s’infiltre pour faire perdre confiance à la conscience , qui malgré tout doit se maintenir, et maintenir les valeurs qu’on lui a confiées.Il est possible qu’alors une coupure, une fission , se fasse entre l’inconscient et le conscient, pour continuer la garde.Au détriment de la vie individuelle, qui recherche la perfection, (et a besoin de l’échange avec l’inconscient) , sans comprendre les exigences supérieures de création du monde.

Renouer cette communication doit faire partie de mes cordes; Est -elle souhaitable ?

De toute façon, j’ai l’habitude de lutter contre l’impossible,je ne gagne, que lorsque c’est souhaitable.



Le sain bol.

29 01 2010

Lire la suite »



Des nouvelles de mon job.

29 01 2010

Ça se précise sérieusement.Je sais que je travaille l'esprit et le corps ,avec toutefois grand respect de l'individualité CAD sans manipulation, avec la seule ambition de m'attaquer aux problèmes de viabilité heureuse à long terme.

Je suis bien incapable de dire si, ce travail est décalé ou synchrone.Je m’en remets de plus en plus à mon intuition,d’autant que j’ai travaillé sur la forme,que je suis beaucoup ” passable” qu’avant,moins volontaire surtout,car j’ai moins la pression, plus de temps,et de confiance en moi.

Je vois les données comme ceux d’un exercice ,puis l’objectif ,pas le mien celui de l’inconscient qui m’appelle,celui que personne n’écoute,ensuite je m’emploie aux moyens.Et pour l’instant,ils sont encore fortement intuitifs, inconscients, mais je les sors progressivement, je le sais, pour avoir une science au maximum exacte.



Lorsqu’on nait,(est) on crée.

28 01 2010

Aujourd’hui, je comprends de nouveau la pertinence du concret,et l’acharnement que mettre les autres à s’appliquer à de petites choses matérielles, qui me semblaient si dérisoires, alors que je m’échinais à refaire mon être.

Notre fluide personnel passe au travers de la matière,par je ne sais quelle chimie,ou quelle science extraordinaire ! Voila une conviction supplémentaire…..tout est essentiel à chacun.C’est le drame du subjectif,tout est relatif à soi ;il n’y a pas de petite vie,de priorité dès lors que l’esprit symbolise sur n’importe quoi.

Émotions,raison,équilibre ? Choix de vie ?

Trop de sentiments ; fusion ?

Trop d’intelligences ;détachement?

Entre calcul et intuition …….Je ne peux vouloir un prototype idéal…..quoiqu’il soit en moi,comme un diapason. La sagesse est de laisser le temps au temps,expliquer,oui,je le fais à ma façon,les consciences sont bien faites,elles diversifient l’univers,mon désir n’est pas de le diminuer.

C'est dur, car,en fait, je n'ai rien inventé ;tout était là.Et,chacun ,œuvre de son mieux,avec ses armes possibles, CAD,les symbôles du conscient imposés par l'inconscient,qui préservent les valeurs acquises du monde,conscient et inconscient.

Quand même,je me sens bien capable de modifier les situations de ceux qui souffrent vraiment.

Et, ça,j’essaierai de le faire,envers et pour tous;pas de ne vouloir que le plaisir, non,c’est impossible,ridicule, puisqu’il est fonction du déplaisir, mais pour orienter les routes les plus sures vers l’éternel.



Les directives subjectives.

25 01 2010

Sont toujours impératives,même si elles n’ont pas d’intérêts ,elles ont au moins celui de satisfaire à soi-même,de tester notre estime de nous,et notre loyauté,notre asservissement à nos croyances,sans ces étapes de fidélisation à nous -même,pas de commencement de travail sur nous.

Je suis bien incapable de différencier les futiles , des nécessaires.Je dirais qu’au départ, c’est le commencement d’un grand tri,dans l’imaginaire.

Aujourd’hui,moins j’ai de directives, mieux je me porte.J’évite d’en chercher.Car, c’est un principe absolu et inviolable que de répondre à l’appel de la demande,dans le monde de l’inconscient.Sans doute, y sommes nous , des soldats, malgré nous.Chez moi,tout est conscient,même la dictature de l’inconscient.

Le subjectif est puissant,il peut tout changer,celui qui s’en sert ou y évolue doit subir des tests,et être capable de sacrifices de confort.Je ne sais pas à quel stade je suis arrivée, ni, ce qu’il me reste à faire,mais je me sens apte à ressaisir mon esprit rationnel à tout moment.C’est surement,une nouvelle étape,ai-je domestiqué mon subjectif ? Le mien, sans doute,mais suis-je libre de moi sans condition ?

En tout cas,je réussis à limiter ma lecture subjective du hasard,quand je la sens trop hasardeuse,trop lointaine,trop fatigante.Je reste tentée par une interprétation des lettres de plaques d’immatriculation en fonction de mes pensées,mais,je suis incapable de dire si, elles ne font qu’occuper mon esprit en le divertissant,ou si elles ont un quelconque intérêt.Souvent, je me limite à ce qui parait flagrant,ou plus évident.C’est peut-être une prédisposition de l’être à se sentir le centre de l’univers.

En bref,les directives subjectives sont faites (entre autres ) pour sonder notre âme par nous -même.Ce sont des mises en situation interne,des répétitions pour cerner nos qualités,et comprendre le travail d’amélioration à effectuer. Un monde dans le monde,formant.



La machine humaine.

25 01 2010

Que calcule t-elle ?

Pourquoi tombe t-elle en panne ?

Pourquoi est -elle parfois défaillante ?

Je m’excuse de penser cela ,mais la santé doit venir de l’intérieur,de l’esprit,lorsque celui-ci a atteint son challenge de vie,lorsqu’il est satisfait.Rien ne sert de faire semblant,de soigner l’apparence,de suivre les conseils diététiques de vie longue si l’inconscient est insatisfait,il aura le dernier mot.

Je sais que de la part d’une infirmière ,mon jugement est grave,et peu admissible par mes professeurs.Aussi , je tais avec davantage de maitrise mes pensées profondes à mes clients,en espérant que mon inconscient trouve la voie pour aider, que mon conscient n’a pas le droit d’emprunter.J’ai enfin compris le respect de la conscience.Qui est une condition de vie humaine.

Mais ici,je suis,comme dans ma tête,en théorie.

L’inconscience ; si forte et si faible…..drôle de puissance spirituelle,qui ne supporte que le secret,l’ombre de la conscience.

Que fait cette machine humaine,de son mélange esprit-corps,quel est son pouvoir ? Existe-il une imprégnation spirituelle du corps qui le propulse à son apogée terrestre ? Est-ce un mauvais calcul de synchronisation qui le mortifie ?



Bilan.

25 01 2010

D’abord ,je sais que je me répète beaucoup ,et je m’en excuse, je ne sais pourquoi ,ma conscience qui oublie ? qui ne veut admettre l’apparente  absurdité de mes dires ? Ou le besoin d’imprégnation ?

Pour vivre normalement ,et bien, je n’ai d’autre choix que l’oubli de mes théories,qui sont bien trop perturbantes ,envahissantes,pour l’esprit libre et heureux.Elles ne laissent pas de répit, il faut donc les chasser quand c’est possible,de toute façon,l’inconscient travaille mieux sans conscience.C’est ma résilience,qu’en penserait Boris Cyrulnik ?

Comment se sentir libre ,lorsqu’on se sait constamment rattaché aux autres par l’inconscient,membre d’une communauté travaillant sans soucis de vie ou d’horreur à son avenir . Mais, en même temps, comment angoisser ? Que faire de la peur de la solitude ? de la mort ? Nous évoluons sur tant de plans de consciences différentes,et dès qu’une conscience est prise,d’autres références viennent demander d’autres exigences de bonheur.

Le possible est imaginable,et c’est inimaginable ce qui est possible !







Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 817 articles | blog Gratuit | Abus?